MVF / ACC Guyane

MVF a été invitée par l'ACC Guyane pour participer à la formation à l’accompagnement des personnes en souffrance qui sera organisée en Guyane, de 2017 à 2019.

 

Cette formation aura lieu deux fois par an à Cayenne, la  première session étant programmée du 19 février au 5 mars 2017, et la deuxième du 29 octobre au 5 novembre 2017.

 

Deux niveaux seront proposés :

  • niveau « écoutant » pour les personnes qui débutent un nouveau cycle de formation
  • niveau « conseiller » pour les personnes déjà accréditées «écoutant ».
     

Ces deux formations sont ouvertes à toutes personnes désireuses de se former à l’accompagnement des personnes en souffrance, qui ont compris l’importance de ce ministère dans l’Eglise, qui désirent s’investir spirituellement afin éventuellement de  devenir ressources dans les églises et qui sont prêtes à entrer dans un processus rigoureux de formation et de supervision.

 

 

(voir dossier d'inscription en bas de page)

Les dernières nouvelles :

24 novembre 2017


Bonjour,

Vous trouverez ci-dessous un petit CR de la formation qui a eu lieu en Guyane il y a quelques semaines.

Merci à tous ceux qui rendent cette formation de 2 ans possible.
Le Seigneur fait de belles choses en Guyane et nous sommes reconnaissants de vivre tout cela avec nos Frères et Sœurs Guyanais.

Amicalement,

Gérard et Martine

 

Compte rendu Guyane novembre 2017
Pour lire ou télécharger le document, cliquez sur le lien.
Compte rendu Guyane 20171124.pdf
Document Adobe Acrobat [523.0 KB]


Surprenante Guyane
 

Ce qui est le plus frappant quand on arrive en Guyane, c’est la forêt. Elle est partout et occupe 94% du territoire. Elle s’étend à perte de vue sur le continent et ne s’éclaircit qu’aux abords de la Cordillère des Andes. S’y promener la nuit est une expérience inoubliable, à condition bien sûr d’être bien accompagné, silencieux (n’est-ce pas André ?) et prudent. On est alors plongé dans une symphonie de sons insolites et uniques que François Simon compare à un « langage enveloppant ».
 

 La Guyane est aussi une terre de contrastes. De Saint Laurent du Maroni aux Iles du Salut, en passant par Cayenne et Tonnegrande, un passé douloureux remonte, fait d’esclavagisme et de bagnes. C’est au nom de la « présomption irréfragable d’incorrigibilité » que le Droit Français, au 19ème siècle, a inventé ces lieux d’inhumanité où l’on envoyait tous ceux que l’on ne voulait pas voir revenir au pays sous prétexte « qu’ils ne changeraient jamais ». Les bagnes sont des cicatrices béantes dans l’Histoire Guyanaise. Ce qui rend le contraste encore plus surréaliste quand on arrive à Kourou, le port spatial de l’Europe, véritable concentré de technologie géré par le CNES et l'ESA. Depuis 1968, chaque lancement de fusée fait aussi partie des frissons guyanais.
 

 La Guyane est aussi surprenante sur le plan culinaire. Les amateurs de poissons, de bouillon d’awara, de fricassés de viandes de la forêt, de salades de mangue et de papaye seront ravis. Un détour s’impose dans la ville de Cacao, sur le fleuve de la Comté, à deux heures en vedette rapide de Cayenne. Les Hmong – réfugiés politiques du Laos – se sont installés là en 1977 et ont transformé cette région en un immense jardin qui alimente en légumes toute la Guyane. Le dimanche, il faut absolument aller déguster les grands bols de soupes fumantes qu’ils vendent au marché et dont la réputation s’est répandue dans toute la région.

 

 Mais ce sont surtout les Guyanais qui rendent la Guyane attachante et belle. Ils donnent à ce pays un tempérament de feu, mêlant la fougue et la tendresse, la douceur de vivre et la vitalité, la simplicité et la fierté. Contrairement à ce que l’on croit, la Guyane n’est pas dans les Caraïbes, mais bien en Amérique du Sud : le Brésil est tout prêt (la plus longue frontière que la France a avec un pays voisin), ainsi que le Suriname, la Guyana (ancienne Guyane Britannique), le Venezuela, etc. Amérindiens, Sud-Américains, Caribéens, Européens : un brassage culturel magnifique qui colore toutes les relations et crée un art de vivre unique.

 

 Vous l’aurez compris : nous aimons la Guyane et les Guyanais et sommes particulièrement reconnaissants de pouvoir participer à cette formation à l’accompagnement des personnes en souffrance. 28 personnes suivent ce programme, venant de la plupart des églises évangéliques, mais aussi de toute la sous-région : Guyane, bien-sûr, mais aussi Brésil, Suriname, Haïti. La formation va durer deux ans. Ce groupe va constituer le fer de lance de l’association des conseillers chrétiens qui a été mise en place en Guyane en 2016. Pour toute information complémentaire, merci de visiter le site de MVF www.missionvietfamille.com. Les Prochaines sessions sont prévues en octobre 2017.

 

Gérard HOAREAU

 

Dossier inscription formation ACC Guyane
Cliquez pour ouvrir et consulter ou télécharger le dossier d'inscription
Dossier inscription formation ACCG 2017-[...]
Document Adobe Acrobat [450.8 KB]

27 février 2017

Savez-vous combien pèse un nuage ?

 

Un des sujets que nous avons traité cette semaine à Cayenne est la crise suicidaire. Que ce soit en Métropole ou en Guyane, c’est un véritable problème de santé publique. L’objectif de ce module dans la formation que nous délivrons est d’apprendre à des non professionnels à reconnaître la crise suicidaire chez une personne : comment évaluer le potentiel suicidaire, prendre en charge la crise - et si possible la désamorcer - mais surtout comment passer le relais à un professionnel quand nos limites de compétences sont atteintes. Plus que pour tout autre sujet, le bricolage et l’approximation ne sont pas permis.

Dans tous les groupes où nous traitons ce sujet, nous proposons une triple évaluation du potentiel suicidaire : risque, urgence et dangerosité (RUD). Concrètement, cela signifie :

1) Évaluer les risques :
- Existe-t-il des facteurs aggravants de risques ?
2) Évaluer l’urgence (imminence du passage à l’acte) :
- Un scénario suicidaire a-t-il été planifié ?
- Existe-t-il ou non des alternatives au suicide ?
- Y-a-t-il une impulsivité particulière?
3) Évaluer la dangerosité du scénario suicidaire :
- La personne a-t-elle un accès facile à ce moyen?

Ce thème suscite partout les mêmes réactions : le soulagement de pouvoir enfin mettre des mots sur un sujet qui reste malgré tout tabou et parfois le regret de ne pas avoir eu accès à toutes ces informations plus tôt. C’est une psychologue clinicienne, membre de l’Association des conseillers chrétiens de Guyane, qui a brillamment traité ce sujet délicat.

Mais quel rapport le thème de la crise suicidaire a-t-il avec la question posée en début de cet article ? Ce sont les trombes d’eau qui s’abattent actuellement sur la Guyane qui m’ont plongé dans cette question insolite. Un nuage en effet peut peser plusieurs centaines de millions de tonnes (http://blog.francetvinfo.fr/…/au-fait-combien-pese-un-nuage…) !

Et pourtant, les nuages ne tombent pas et ils ne sont pas aussi doux et paisibles que nous les imaginons. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences. C’est aussi un principe d’or quand nous prenons en charge les conduites suicidaires…
 

24 février 2017

La belle Guyane


 

Nous sommes actuellement en Guyane où nous animons une formation sur la relation d'aide. Cette formation - organisée par l'Association des Conseillers Chrétiens de Guyane (ACC - G) - se déroulera sur 2 ans. Nous avons construit cette formation avec une dizaine de professionnels de la relation d'aide, exerçant en Guyane et en Métropole.

Deux niveaux seront proposés : niveau «écoutant» pour les candidats qui débutent un nouveau cycle et un niveau «conseiller» pour les personnes qui ont démarré leur formation en 2012 et qui ont déjà validé leurs acquis au travers du processus d'accréditation de l'ACC. Ces formations sont ouvertes à toutes personnes désireuses de se former à l’accompagnement des personnes en souffrance et qui sont prêtes à s’investir personnellement pour devenir ressources dans leurs différentes communautés. Nous avons mis en place un processus rigoureux de supervision afin de pouvoir suivre sérieusement toutes ces personnes en formation. Les 25 étudiants que nous avons viennent de Guyane, mais aussi du Suriname, de Guyana (Ex Guyane Britannique), de Haïti et du Brésil. Nous sommes en fait aux portes de l'Amérique du Sud !

Nous aimons beaucoup la Guyane : ses habitants, ses coutumes, ses forêts, ses plages, son climat, ses mygales endormies confortablement installées dans notre voiture ! C'est actuellement la saison des pluies et aujourd'hui il est tombé des trombes d'eau sur Cayenne. Mais c'est une pluie chaude qui n'a rien à voir avec les pluies glacées de Métropole. Retour à Joudes et dans le froid le 7 mars prochain..

Gérard et Martine
 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Mission Vie et Famille