Formation MVF en Belgique


18 septembre 2018

 

Sur le vif : les commentaires quasi textuels après une semaine de formation Mission Vie et Famille au Château de Joudes  du 19 au 26 août 2018
 

  • « Les attentes sont comblées au-delà des attentes initiales. »
  • « Très contente de cette semaine ; j’ai appris beaucoup sur la communication. Sur le plan personnel, j’ai pu prier dans le calme, ce qui m’a comblé. »
  • « Un miracle s’est produit pendant cette semaine : non seulement j’ai appris sur la relation d’aide mais j’ai pu régler quelque chose dans ma vie.»
  • « Besoin d’évoluer, d’apprendre. Formation très spirituelle, de très haut niveau. Je me sentais très bien dans le groupe, qui m’a fait beaucoup de bien. »
  • « Cours de l’histoire du droit conjugal : un goût de trop peu. »
  • « La semaine a ouvert les yeux sur moi, comme un médecin faisant une consultation. J’ai compris beaucoup de choses. J’irai où vous irez avec cette formation ! »
  • « Objectifs atteints. Quantité de travail impressionnante. Question que je me pose : comment retenir tout cela ? Comment garder un maximum des infos reçues ? »
  • « Je suis admirative devant cette pédagogie : avec finesse et justesse. En tant que psychologue, je possède pas mal de bagage, mais la transmission n’est pas toujours facile. Vous avez traité les sujets parfois difficiles ou délicats avec nuance, profondeur et délicatesse, le tout avec un ancrage biblique solide. Véritable don d’en extraire les pépites. »
  • J »e suis impressionnée par la façon d’agencer la Parole et les sciences humaines tout en maintenant le rôle central de la Bible. »
  • « Aspect holistique : biologie, psychologie, histoire,… transmises avec des mots simples mais avec un fondement biblique solide. En attente de plus… »
  • « Envie de continuer. Cette semaine a libéré un tas de choses. J’ai beau lire ma Bible, mais découverte du mariage sous un autre angle. Dieu est moins légaliste que nous. En attente d’exercices, d’applications. »
  • « Bouleversant. Parti avec des objectifs clairs et précis mais tout autre chose s’est passée. Même pensé à arrêter… temps pour autre chose est peut-être arrivé… »
  • « Merci pour votre humilité, parler sans frimer, sans orgueil. Envie d’écouter sans me sentir la fatigue.

 

Samedi 5 mai 2018 - 8:30
 

Nous avons réservé pour le week-end le Centre Omega de Malonne, dans la campagne Namuroise. Plus de 40 personnes nous ont rejoints, de toute la Belgique. C’est un évènement que nous préparons depuis des semaines. « Nous », c’est le comité qui a été mis en place en octobre 2017 à Charleroi – des psychologues, des pasteurs, des conseillers conjugaux, des responsables d’associations – pour l’organisation de la première formation à l’accompagnement des personnes en souffrance menée en terre Belge par l’association MVF. Une aventure humaine et spirituelle qui durera deux ans et qui se déroulera à la fois en Belgique et en France au Château de Joudes Saint Amour.
 

 

La première rencontre est toujours l’occasion de faire plus ample connaissance. Nous avons donc offert à tous les participants l’opportunité de se présenter, avec une question en particulier : pourquoi s’étaient-ils inscrits à cette formation ? Nous avons découvert alors de belles vies, avec chacune son lot d’expériences uniques, ses cheminements passionnants, ses joies profondes, mais aussi parfois ses « nuits noires de l’âme » quand tout s’effondre, en nous et autour de nous, et que plus rien n’a de sens. Toutes les personnes présentes savaient en tout cas pourquoi elles étaient là et ont exprimé leurs attentes de façon très claire. Inutile de dire que le comité d’organisation était très attentif, conscient que les promesses faites par rapport aux objectifs de la formation ne devaient pas rester simplement des intentions.

 

Pourquoi se former à l’accompagnement des personnes en souffrance ?

Pour de multiples raisons, et en particulier une, que j’ai trouvée – une fois n’est pas coutume – sous la plume de Michel Serres, membre de l’Académie française et auteur de nombreux essais philosophiques et d’histoire des sciences. Dans son dernier  livre « Darwin, Bonaparte et le Samaritain », il cite la Parabole du Bon Samaritain, racontée par Jésus dans l’évangile de Luc, et la commente.

 

« Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, lorsque des brigands l’attaquèrent, lui arrachèrent ses vêtements pour le voler, le battirent et s’en allèrent en le laissant à demi mort. Or un prêtre descendait cette route. Quand il vit l’homme, il passa en se tenant de l’autre côté de la route. De même un lévite arriva à cet endroit, s’avança, vit l’homme et passa en se tenant de l’autre côté de la route. Mais un Samaritain, qui voyageait par ce même chemin, arriva près de lui. Quand il le vit, il en eut profondément pitié. Il s’approcha de lui, versa de l’huile et du vin sur ses blessures et le recouvrit de pansement » (Luc 10, 30-34).

 

« Le récit a… une portée universelle », dit Michel Serre, « car la définition propre de l’homme s’y joue. Victime de brigands, le blessé gémit au bord de la route..  Tout blessé aurait vite disparu de la surface de la Terre si ne s’était levé un second personnage : le médecin. Celle qui se penche sur le blessé ; celui qui écoute les plaintes de l’agonie ; celle qui s’incline, qui cherche à comprendre et qui peut-être guérira. Il ou elle n’est pas seulement le héros de ce temps, mais sans doute celle et celui de toute l’histoire » (Pages 106-107).

 

Le but d’une formation à « l’accompagnement des personnes en souffrance » est d’apprendre aux gens à s’arrêter, en ayant le courage de ne pas fuir de l’autre côté de la route ; à éprouver de la compassion pour les blessés de la vie ; à s’approcher suffisamment d’eux pour vraiment comprendre les détresses vécues ; à apporter les soins nécessaires et, peut-être, la guérison. On peut voir dans la violence meurtrière des brigands de la parabole l’expression de toutes les violences du monde qui en laissent plus d’un « à demi-mort » sur les routes de la vie. Dans cette perspective, le Samaritain n’est pas seulement l’image du médecin qui prend soin du corps, mais de tout homme, toute femme, qui veut s’engager de façon authentique et généreuse pour aider celui qui gémit au bord de la route.

 

Dans l’Evangile de Luc, Jésus conclura son récit en posant la question suivante au spécialiste de la loi à qui il a raconté cette parabole: « Lequel de ces trois hommes te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé aux mains des brigands ? Il répondit : c’est celui qui a montré de la compassion envers lui. Jésus lui dit : Va, et toi aussi, fais de même » (Luc 10, 36-37).

 

A tous les héros et héroïnes de Malonne, nous voulons souhaiter bon courage ! C’est notre joie et notre fierté de vous accompagner dans cette aventure !

 

Pour le comité d’organisation

Gérard et Martine HOAREAU

 

 

(vues de la campagne namuroise)

Inscription formation Belgique
Formation lettre inscription Belgique ve[...]
Document Adobe Acrobat [97.5 KB]
Formation Champion 2018
Formation Champion - Janvier 2018 - V2.p[...]
Document Adobe Acrobat [499.6 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Mission Vie et Famille