Séminaire au Cameroun

Bonsoir,

 

Notre séjour au Cameroun se déroule selon le programme établi.

Comme prévu samedi dernier, nous avons animé un séminaire pour les couples sur le thème de la communication. Près de 150 couples étaient présents, avec un niveau d'attention et d'écoute assez exceptionnel. Ce qui est le plus déroutant ici, ce sont quand même les questions que les gens posent, décalage culturel oblige. Martine et moi avons parfois frôlé les précipices !

 

La communication reste cependant un sujet universel, même si l’environnement social en Afrique, la culture ambiante, les contraintes de la vie quotidienne n’ont rien à voir avec ce que nous vivons en Occident. Mais que ce soit ici ou là-bas, les couples qui durent ont compris que l’amour vrai est étroitement lié à une bonne communication entre l’homme et la femme. Cette affirmation peut sonner comme une lapalissade, elle n’en est pas moins vraie. Nous avons partagé cette phrase qui résume parfaitement ce que nous avons essayé de transmettre :

« Savez-vous où vont les mots que l’on ne dit pas ?

Où va ce que vous voulez faire mais ne faites pas ?

Où va ce que vous vous empêchez de ressentir ?

 

On aimerait bien que tout cela tombe dans l’oubli, mais ce que l’on ne dit pas s’accumule dans notre corps et remplit notre âme de cris muets. Ce que l’on ne dit pas se transforme en insomnie, en douleur. Ce que l’on ne dit pas se transforme en nostalgie, en perte de temps. Ce que l’on ne dit pas se transforme en devoir, en dette. Les mots que l’on ne dit pas se transforment en frustration, en tristesse, en manque de satisfaction.

 

Ce que l’on ne dit pas ne meurt pas, mais nous tue. »

 

Nous avons donc encouragé les couples à se parler, en évitant les "paroles pourries" et en préférant "les paroles gracieuses qui construisent" (Ephésiens 4). Nous les avons encouragés à ne rien laisser tomber dans l’oubli ou les cris muets. C’est un véritable travail. Car plus nous tardons à écouter et à dire ce que nous ressentons, plus les messages s’embrouillent et plus nous souffrons.  Plus nous restons sourds aux mots de nos émotions, plus nous aggravons les maux de notre esprit. C'est vrai en Occident et c'est aussi vrai au Cameroun.

 

Nous sommes logés chez les Pères spiritains à la Casba. Ce centre est vraiment très apaisant et a un sens de l'accueil très poussé. Leur connexion Internet est de plus très puissante, ce qui n'enlève rien à notre plaisir d'être là. Je sors tout doucement de la rhino pharyngite qui m'a cassé en début de semaine dernière, mais j'avoue tourner un peu au ralenti. Je me suis même surpris à refuser de prêcher dimanche dernier à l'Eglise Bastos pour me ménager. Nos amis n'ont pas insisté.

 

Nous vous embrassons chacune et chacun…

 

Gérard et Martine

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Mission Vie et Famille